Le lait : bon ou mauvais ?

Le lait : bon ou mauvais ?

Il y a tout d’abord 2 constats que l’on peut avoir sur les habitudes alimentaires de l’Homme concernant sa consommation de lait :

  • Il est le seul mammifère à consommer du lait à l’âge adulte, après son sevrage.
  • Il est aussi le seul mammifère à boire le lait d’une autre espèce. Pour rappel, même si cela semble logique, le lait de vache est destiné au veau !

A partir de ces 2 certitudes, il devient tout naturel de se demander si cette consommation de lait à tout âge et provenant d’une autre espèce animale est bonne pour l’Homme ? Le lait : bon ou mauvais ?

 A quoi sert le lait ?

Le lait est l’aliment qui permet au nourrisson, et cela est vrai pour tout autre mammifère, d’être sevré. On parle de sevrage lorsque le nourrisson arrête la consommation du lait maternel. Et pourtant, même après ce sevrage, l’enfant, l’adolescent et l’adulte continuent de boire du lait, et plus généralement du lait issu de la vache.

Alors si le lait maternel est utile pour le sevrage du nourrisson, à quoi est utile le lait après cet âge ?

Le lait est une source naturelle de calcium et de vitamine D. Ce calcium est nécessaire au développement de la masse osseuse. La vitamine D quant à elle est utile pour l’absorption du calcium. Le calcium joue aussi un rôle dans la coagulation sanguine, le maintien de la pression sanguine et la contraction des muscles.

Alors lorsque l’on se réfère à cela, on peut trouver la consommation de lait bonne pour la santé. Mais le lait est-il la seule source de calcium et de vitamine D ?

Les sources de calcium et vitamine D

Comme nous l’avons vu précédemment le lait et les produits laitiers sont sources de calcium et de vitamine D. Mais c’est loin d’être le seul à nous en fournir.

Tout d’abord l’eau. L’eau contient du calcium et vous retrouverez facilement des eaux qui le revendiquent.

Les sardines sont aussi source de calcium à condition de manger les arrêtes.

Les végétaux sont une source de calcium et surtout les crucifères (Les variétés de choux).

Les fruits sont source de calcium, ainsi que les noix, les lentilles ou encore les haricots sec.

Pour de la vitamine D, il faut savoir que celle-ci est produite par notre organisme et qu’il suffit d’une exposition de 15 à 30 minutes par jours pour produire 50 à 90% de nos besoins. Pour les personnes qui sortent peu, un complément en vitamine D peut être nécessaire.

Et pour avoir des os solides, rien de tel que de les solliciter, car toute activité sportive va renforcer vos os.

Alors si la recommandation en France est de consommer 2 à 3 produits laitiers par jour (2 fois plus importante que la recommandation mondiale), en raison de son apport en calcium principalement, c’est aussi en rapport avec les habitudes alimentaires des Français et leur activité physique quotidienne. Car avec une alimentation riche en fruits et légumes et une activité sportive régulière, ces apports en calcium peuvent être respectés sans consommation de produit laitier.

L’intolérance au lait

75% de la population mondiale est intolérante au lait après son sevrage. Attention à ne pas confondre intolérant et allergie. Pour cela une explication :

L’intolérance au lactose est l’incapacité à digérer le lactose (sucre de lait) à cause de l’absence ou de la quantité insuffisante d’enzymes digestives, la lactase. L’Homme est programmé pour digérer le lait de sa mère jusqu’à l’âge de 3 ans (sevrage), après cet âge le corps ne produit plus de lactase.

Pendant 7 millions d’années, l’Homme n’a pas consommé de laitage

Alors pourquoi en consomme-t-il autant aujourd’hui ? Tout d’abord, cette consommation de lait est devenu très important grâce à l’industrialisation de celui-ci et à la pasteurisation. Avec celle-ci, la consommation de lait double en France entre 1900 et 1950. Puis celle-ci continue d’augmenter grâce au nouveau moyen de conservation : la « tétra pack » qui permet de conserver sa brique de lait pendant 3 mois.

Mais le lait que l’on retrouve dans les bouteilles des grands supermarchés n’a plus rien à voir avec celui extrait de la vache. Grâce au « cracking » développé dans les années 70, le lait est aujourd’hui un produit alimentaire recomposé. Les différents composants du lait sont séparés les uns des autres et tout est ré assemblé en fonction de ce que l’on veut boire. Cette méthode a avant tout un but commercial et lucratif, puisque les composants qui ne sont pas utilisé lors de ré assemblage du lait, sont utilisés pour fabriquer d’autres produits comme des fromages ou des yaourts. Et elle permet d’avoir un lait standardisé avec les mêmes taux de graisses par exemple dans chaque bouteille.

Et c’est cette même industrie qui finance beaucoup de recherche et qui est bonne pour l’économie française. Après la 2ème guerre mondiale, c’est le lait qui va permettre de nourrir des enfants affamés, et c’est même le gouvernement qui en fait sa promotion. Pour exemple, Mendes France qui rendu obligatoire la distribution d’un verre de lait dans toutes les écoles en 1954. Mais il ne pensait pas surtout à la santé des enfants mais plus à la santé économique de la France et de son industrie laitière !

Les études contre le lait

Walter Willet, Chercheur en nutrition, Ecole de santé publique de Harvard a étudié la consommation de lait sur une population de 77000 femmes. Son premier résultat a permis de montrer que les femmes qui ne consomment pas de produits laitiers n’ont pas plus de risque de fracture osseuse que celle qui en consomment. Et en poussant son étude plus loin, il se rend compte que les Etats Unis, qui font partis des pays ou la consommation de lait est importante après 3 ans, a un taux de fracture plus important de 10%.

Les avis sont controversés par d’autres spécialistes comme René Risoli qui vente les bienfaits du lait. Mais est-il crédible lorsque l’on apprend que cette même personne qui vante les mérites du lait est régulièrement l’invité de congrès organisé par Nestlé ou Danone. Tout comme l’institut national de recherche agronomique, institut qui a été chargé d’établir les recommandations des besoins en lait de la population française, qui est financé par l’industrie laitière.

Que trouve-t-on vraiment dans le lait de notre supermarché ?

Avant de parler du lait, parlons d’abord de la vache. Des vaches qui ne voient pas le jour et qui sont nourrit uniquement de céréales. Ce qui provoque des maladies chez les vaches. Mais pas d’inquiétudes, si la vache est malade il suffit de lui donner des antibiotiques ! Cela nous donne une idée sur la qualité de ce lait…

Malheureusement, nous parlons du lait aujourd’hui mais ce qui est vrai concernant la production du lait, peut s’appliquer à beaucoup de production de produits industrialisés.

Concernant les bienfaits du lait, nous avons déjà dit que celui-ci était riche en calcium, essentiel au corps humain

Mais regardons plus précisément ce que l’on retrouve dans notre brique de lait. Certaines personnes, médecin ou non, affirme que la seule chose de bons dans le lait c’est l’eau ! Et que le reste n’est autre que de la graisse, du cholestérol, des antibiotiques (ceux donné aux vaches), de bactéries (bonne et mauvaise) et même de plus !

Posts created 10

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut